BIOGRAPHIE

LOGO BAYARD-NIZET

 

Accueil 

 

Edition 

 

Catalogue 

 

Compositeurs 

 

Gravure 

 

MyPartitor

 

Polices
 


Oeuvres éditées 

Compositeurs 

Georges Antoine 

Paul Barras 

Tiziano Bedetti 

Michel Béro 

Jean-Louis Cadée 

Leonello Capodaglio 

Yves Carlin 

Dominique Charle 

Thierry Chleide 

Marcel Cominotto 

Roger Cornelis 

Mathieu Debaar 

Christian Debecq 

Firmin Decerf 

Paul Detiffe 

Berthe di Vito-Delvaux 

Georges Dubois 

Albert Dupuis 

Luc Dupuis 

Michel Fourgon 

Pierre Froidebise 

Maurice Guillaume 

André Jadot 

Mathieu Jodin 

André Klenes 

Lucien Lambotte 

Louis Lavoye 

Michel Leclerc 

Guillaume Lekeu 

Jean-Luc Lepage 

Alain Levecq 

Pierre Liémans 

Albert Lomba 

Guy-Philippe Luypaerts 

Anne Martin 

Raymond Micha 

Marian Mitea 

Onofrio Palumbo 

Désiré Pâque 

Jean-Dominique Pasquet 

Carlos Peron Cano 

René Potrat 

Henri Pousseur 

Jean Rogister 

Paul Rouault 

Paul Sana 

Edouard Senny 

Claude Siquiet 

Philippe Verkaeren 

Patrick Wilwerth 

Pirly Zurstrassen 

 Jean ROGISTER (Liège 1879 - Liège 1964)

JEAN ROGISTERJean Rogister compte au nombre de ces fantastiques virtuoses et compositeurs qui marquèrent la vie musicale de la première moitié du XXe siècle. Né à Liège en 1879, il fait montre dès son jeune âge d'un don indéniable pour la musique. À peine entré au Conservatoire de Liège, il en est diplômé avec tous les honneurs. Élève de Désiré Heynberg et d'Oscar Englebert, Jean Rogister apparaît comme un virtuose de l'alto hors du commun, et à l'âge de 21 ans, est nommé professeur d'alto au Conservatoire de Liège. 

Cette nomination, Jean Rogister ne la considérait pas comme un aboutissement mais comme le point de départ d'une carrière aussi riche que diversifiée. À l'instar de ses prédécesseurs et contemporains, ce virtuose de l'alto étudie les techniques díécriture musicale et de composition. Il avait eu pour professeur Jean-Théodore Radoux, un fervent franckiste, et c'est tout naturellement que Jean Rogister lui emboîte le pas. Le jeune compositeur cherche, dans un premier temps, à concilier sa pratique d'altiste et surtout de quartettiste avec son goût pour la composition. Il compose en 1902 un premier quatuor à cordes, genre auquel il restera fidèle toute sa vie. La gestation de cette œuvre coïncide avec ses débuts dans le « Quatuor Charlier ». Cette double activité, Jean Rogister la perçoit à nouveau comme un point de départ. Pendant des années, le musicien ne produit plus de nouvelles œuvres. Il étudie dans la discrétion. En revanche, il multiplie ses activités de chambriste et fut le moteur du « Cercle Ad Artem », du « Quatuor Chaumont » et du groupe « Piano et Archets », avant de fonder en 1925 le « Quatuor de Liège ». 

L'année 1925 est importante, un point d'aboutissement. Entre 1910 et cette année-là, Jean Rogister vit des expériences fortes, des confrontations uniques. Il se remet, d'abord, à la composition et prend conseil auprès de Vincent d'Indy. Altiste virtuose, il quitte Liège pour les Etats-Unis où, pendant dix mois, il est alto-solo à l'« Orchestre Symphonique de Philadelphie » alors dirigé par Léopold Stokowsky. Il n'écrit pas seulement pour le quatuor à cordes ou pour l'alto, mais aussi pour le piano, pour l'orchestre, pour le violon, le violoncelle ou le trombone. À moins de 50 ans, Jean Rogister est en pleine possession de vastes moyens. Les trente-cinq ans qui lui restent à vivre seront consacrés à approfondir et à élargir ce qu'il avait lentement mis en place.

Il y aura d'abord sa consécration de chambriste avec le « Quatuor de Liège » (avec Henri Koch, Joseph Beck et Lydie Schor) dont les tournées furent triomphales, tant en Europe qu'aux Etats-Unis. Il y aura ensuite une immense production d'œuvres. Jean Rogister est infatigable. Tout en lui suscite l'intérêt. Ses compositions reflètent cette curiosité. La construction franckiste continue de le fasciner, mais c'est plutôt vers un approfondissement des timbres et des sonorités qu'il s'oriente. Rien ne témoigne mieux de cette recherche que la passion de la musique ancienne qu'entretient alors Jean Rogister. Entre 1933 et 1940, au sein de l'« Association pour l étude de la Musique de Chambre », le musicien part à la découverte de partitions anciennes, s'intéresse à leur interprétation et tente d'en comprendre les secrets. 

La guerre et des malheurs familiaux mettent momentanément terme à cet enthousiasme sans faille et cette activité débordante. Pendant trois ans, le compositeur se tait. Il reprend la plume pour livrer en 1943 une œuvre pour le moins étonnante, une Symphonie pour quatuor à cordes solo et grand orchestre, dans laquelle il fait montre d'une remarquable maîtrise de l'écriture, mais aussi d'une fine assimilation des musiques anciennes qu'il avait abondamment pratiquées. Cette orientation vers le monumental l'occupe jusqu'à la fin de sa vie : un Requiem en 1944 et Jeux symphoniques en 1952 en sont les témoignages les plus frappants. Quant à son écriture pour soliste, elle culmine dans un merveilleux Concerto pour violon et orchestre, composé en 1945. 

Jean Rogister meurt le 20 mars 1964. Si sa longue carrière a été émaillée de succès, c'est avant tout la constance qui semble en être le maître-mot. L'altiste ne s'est jamais lassé de ses tâches de pédagogue, se renouvellant sans cesse à la joie de ses élèves. Comme compositeur, il n'a jamais cherché à se mettre en position de rupture, mais a plutôt cherché à approfondir un projet esthétique dont il avait très tôt dessiné les contours. Ses compositions sont également le témoignage de ses multiples engagements de musicien, un musicien perpétuellement en quête de perfection et de découverte. 

Philippe Vendrix
Chargé de cours à l'Université de Liège




 

Da Capo