BIOGRAPHIE

LOGO BAYARD-NIZET

 

Accueil 

 

Edition 

 

Catalogue 

 

Compositeurs 

 

Gravure 

 

MyPartitor

 

Polices
 


Oeuvres éditées 

Compositeurs 

Georges Antoine 

Paul Barras 

Tiziano Bedetti 

Michel Béro 

Jean-Louis Cadée 

Leonello Capodaglio 

Yves Carlin 

Dominique Charle 

Thierry Chleide 

Marcel Cominotto 

Roger Cornelis 

Mathieu Debaar 

Christian Debecq 

Firmin Decerf 

Paul Detiffe 

Berthe di Vito-Delvaux 

Georges Dubois 

Albert Dupuis 

Luc Dupuis 

Michel Fourgon 

Pierre Froidebise 

Maurice Guillaume 

André Jadot 

Mathieu Jodin 

André Klenes 

Lucien Lambotte 

Louis Lavoye 

Michel Leclerc 

Guillaume Lekeu 

Jean-Luc Lepage 

Alain Levecq 

Pierre Liémans 

Albert Lomba 

Guy-Philippe Luypaerts 

Anne Martin 

Raymond Micha 

Marian Mitea 

Onofrio Palumbo 

Désiré Pâque 

Jean-Dominique Pasquet 

Carlos Peron Cano 

René Potrat 

Henri Pousseur 

Jean Rogister 

Paul Rouault 

Paul Sana 

Edouard Senny 

Claude Siquiet 

Philippe Verkaeren 

Patrick Wilwerth 

Pirly Zurstrassen 

 Mathieu DEBAAR (Pepinster 1895 - Verviers 1954)

MATHIEU DEBAARMathieu Debaar est né en 1895 à Cornesse, près de Pepinster et décéda, jeune encore, à Verviers en 1954. Après de bonnes études à l'Athénée de Verviers, il entreprend des études musicales au Conservatoire de Verviers, puis au Conservatoire de Liège, où il étudie avec succès le violon, le hautbois, l'harmonie et la musique de chambre. A peine sorti du Conservatoire, il se met au travail et joue dans des orchestres, notamment à Metz, à Spa, à Ostende et à Mondorf. Bien avant sa nomination au Conservatoire de Verviers, il entreprend sa véritable carrière en participant à de nombreux concerts. 

Sa carrière de violoniste l'amena à interpréter en soliste de nombreuses œuvres, ainsi que les Concertos de Vieuxtemps et de Glazounov. Ce dernier lui valut une médaille dans la classe de Mathieu Crickboom au Conservatoire de Liège. C'est dans le domaine de la musique de chambre que sa discrétion naturelle, sa réserve et la qualité de ses sentiments trouvent leur plein emploi. Pendant la première guerre mondiale, Mathieu Debaar fonda un quatuor à cordes, avec MM. Dengis, Guilleaume et Wetzels. Une dizaine d'année plus tard, il avait pour partenaires MM. Schneider, Fléron et Larue. Ces artistes abordèrent les œuvres les plus importantes du répertoire classique et moderne. Un troisième quatuor, né pendant la seconde guerre mondiale, avec MM. Grosjean, Paulus et Hurard, avait pour but d'organiser des concerts à l'intention de la jeunesse, un peu désaxée par la guerre et de la ramener vers les vraies richesses des chefs-d'œuvres. 

Chef d'orchestre, il a dirigé de nombreux concerts pour la Schola Verviétoise et à la Société d'Harmonie. Il fut également chef de chœur à la Schola Verviétoise, à l'origine, chorale mixte. Dans ce domaine, son activité ne fut jamais aussi féconde qu'à la Chanterie, groupe choral mixte, fondé en pleine guerre. Cette chorale organisa, en 1944, un concert commémorant le 50ème anniversaire de la mort de Guillaume Lekeu. Lors de ce concert, sous la direction de Mathieu Debaar, furent exécutées la cantate Andromède, le Chant de triomphale délivrance, l'Adagio pour quatuor d'orchestre et la Fantaisie sur deux airs populaires angevins. 

Au Conservatoire de Musique de Verviers, où il fut nommé professeur en 1923, Mathieu Debaar enseigna le violon et le solfège. Il y trouva un auditoire digne de son savoir. C'est dans cet établissement, alors sous la direction d'Albert Dupuis, qu'il dispensa à ses élèves le meilleur de sa culture et de son expérience. Il a laissé dans cette institution le souvenir d'un maître respecté.

En 1934, Mathieu Debaar fut nommé professeur à l'Ecole Normale. Le climat y est quelque peu différent : mal préparés à l'enseignement artistique, les élèves-instituteurs considéraient souvent la musique comme un divertissement anodin. À l'intention de ses élèves, Mathieu Debaar publie alors un Résumé de l'Histoire de la Musique, bientôt suivi d'une Histoire du Violon et d'une Histoire du Piano. Il a encore conçu, à l'intention des cours de solfège, un Traité des Accords et méditait encore, à la fin de sa vie, une Histoire du Quatuor à Cordes. 

Après ses excellentes études d'harmonie, Mathieu Debaar fut naturellement tenté par la composition. En tant que compositeur, il bénéficia, à travers Guillaume Lekeu, de l'influence de la Schola Cantorum, qu'il avait assimilée et adaptée à sa propre sensibilité d'artiste wallon. Il a écrit pour toutes les formations, dans tous les styles. Il s'est adressé aussi bien aux voix qu'à l'orchestre et à divers instruments à cordes ou à vent, sans se départir de son talent habituel. 

Mathieu Debaar nous a laissé, parmi d'autres œuvres, deux Quatuors à cordes, un Concerto pour violon et orchestre, un Trio en ré mineur, pour violon, violoncelle et piano, un "Concertino" pour trompette et piano, une "Légende et Caprice" pour trombone et piano, une "Pièce concertante" pour tuba et piano, un "Impromptu" pour flûte et orchestre (ou piano) et une "Suite pour Trio d'anches" pour hautbois, clarinette et basson.

Philippe Bayard (d'après R. Michel)

 










 

Da Capo